Pour plus d'informations, +212 (0)6 76 57 48 42        Anglais Spanish

LETTRE A FRANCE

[contact-form-7 id="599" title="Sans titre"]

LETTRE A FRANCE

Monsieur le Consul,
Je suis Xavier Berthet, vis à Tanger depuis maintenant 12 ans et y séjourne régulièrement depuis 17 ans. Profession agent immobilier, fille scolarisée à Berchet puis à Regnault, parents installés à Tanger depuis 11 ans; bref trois générations d’une famille française vivant ici.
J’ai été et suis peut-être encore administrativement îlotier…
C’est en réalité la perspective des élections européennes qui me pousse. Ou pour être plus juste, l’idée même du vote. Moment de cristallisation…
Mon instinct m’invite à des réflexes légitimistes en période trouble mais ma conscience de Français vivant à Tanger m’en empêche tant j’assiste benoîtement à la détérioration de  l’image de la France ici même… Détérioration due en partie à quelques déviances d’ordre consulaire. Celles-ci m’interdisent d’accomplir mon droit le plus essentiel et mon devoir conséquemment le plus logique. Une pesanteur sur le coeur et l’estomac.. Expier pour alléger…
L’origine de cette souffrance est double:
– Ne pas avoir invité aux cérémonies du 14 Juillet dernier l’un des rares anciens combattants de l’armée française vivant à Tanger depuis de nombreuses années. Non invitation qui a profondément blessé ce monsieur et suscité forte indignation dans son entourage.
– Privatiser le service de constitution des dossiers pour l’obtention des visas.
Ou pour être plus précis: privatiser à une société marocaine recourant à des us et coutumes marocains -pourquoi/comment en serait-il autrement?- le service de constitution des dossiers pour l’obtention de visas français.
Or, la délivrance des visas n’est pas seulement un exercice administratif c’est aussi un exercice politique. La question des primo demandeurs est délicate, celle de profils incertains aussi. Nous savons tous la tâche ardue et il ne s’agit en rien de sous estimer des difficultés tout à fait réelles… Cependant, il est un autre aspect tout aussi délicat. On traite mal des gens qui entretiennent des liens étroits avec la France depuis plusieurs générations. Des gens qui vont en France et en reviennent et ce, depuis des dizaines d’années. Et l’origine des ces flux c’est l’amour porté à la France car justement elle incarne autre chose qu’une technocratie. Une certaine idée; véhicule de valeurs et de principes. La source même de notre talent et de notre influence. Il n’y a pas de bénéfice à balayer tout ça, et si c’est une question d’intendance… L’intendance suivra… N’est-ce pas?..
N’ayez crainte, je sais ce courrier tout à fait vain… C’est le cri que l’on pousse juste au moment de la douleur… Le cri n’atténue pas la douleur, simplement il nous échappe.
Et la douleur continue ensuite.. Sans cri…
Respectueusement.
Xavier Berthet

 

Laisser un commentaire